La cause de Parkinson ? résumé des thèses de Janice Hadlock

Aller en bas

La cause de Parkinson ? résumé des thèses de Janice Hadlock

Message par sandra le Mer 8 Aoû 2018 - 15:10


Jusqu'à maintenant, la cause de Parkinson demeure officiellement inconnue. Le discours dominant, comme nous le voyons écrit partout nous dit que la raison pour laquelle le cerveau cesse de fabriquer de la dopamine est toujours inexpliquée et que cela est irréversible.
Pourtant, il y a sur Internet des témoignages de guérison, rejetés par cette même "médecine officielle" qui se contente de déclarer qu'une guérison montre qu'il y a eu erreur de diagnostic dès le départ.

Janice Hadlock est, d'après ce que nous pouvons trouver sur le net, la seule personne qui non seulement affirme avoir trouvé et compris les mécanismes à l'oeuvre dans Parkinson, mais affirme avoir obtenu des guérisons en accord avec ses hypothèses.

Elle a à son crédit
1 - avoir traité par la médecine chinoise (sa spécialité) des centaines de parkinsoniens
2 - en avoir guéri certains, pas tous, loin de là
3 - avoir évolué dans ses recherches depuis vingt ans et avoir l'honnêteté de reconnaitre qu'elle s'était trompé sur certains points et qu'elle a dû chercher longtemps pour comprendre pourquoi certains guérissaient et d'autres non.
4 - s'être elle-même guérie de Parkinson qu'elle a développé alors qu'elle était en pleine recherche.


Ses premières hypothèses ont été élaborées à la suite de la guérison inattendue de trois musiciens venus la voir pour des problèmes de pieds. Elle constata que le qi (l'énergie électrique qui circule dans les méridiens et qui est propre à la médecine chinoise) coulait dans la mauvaise direction, elle a traité ses patients, notamment par le Yin Tui na. À sa surprise (et à celle de ses patients !) tous leurs symptômes parkinsoniens ont disparu définitivement en même temps. !

Intriguée, elle s'est rendue dans le groupe de soutien de parkinson de sa ville et a demandé si elle pouvait examiner le qi des personnes en échange d'un soin d'acupuncture gratuit. Une douzaine ont accepté et elle a constaté que, sans exception, tous avaient des perturbations énergétiques dans les membres inférieurs.

Elle a donc peu à peu élaboré une théorie selon laquelle, à la suite d'un traumatisme physique dans les membres inférieurs, la perturbation du qi pouvait entrainer peu à peu un dysfonctionnement pouvant aboutir à Parkinson après des années.

Puis, elle s'est rendu compte que cela s'appliquait à un petit nombre de patients, et qu'il y avait une composante psychologique importante, qui en fait concernait la majorité des patients.

Elle a écrit longuement sur ces sujets et je résume brièvement ici. Selon elle, les patients avaient décidé de ne plus sentir leur douleur, et avait ainsi inhibé le message de sensation concernant leur propre vécu, ce message étant en mode dopamine, et s'étaient branchés en permanence sur l'autre mode du cerveau, à savoir le mode adrénaline.
Il ne suffisait donc pas de traiter des blessures anciennes perturbant le flot de qi, mais de modifier cette injonction intérieure de ne plus sentir la douleur.

Elle a essayé la pensée positive, des affirmations pour dire au cerveau que maintenant tout allait bien, mais cela n'était pas très efficace. À cela se sont greffées les complications pour les patients médicamentés.

Quand certains commençaient à guérir, la dopamine recommençait à circuler, mais leurs médicaments leur délivrant de la dopamine supplémentaire, le corps commençait à provoquer toutes sortes de perturbations venant d'un excès de dopamine. Se rappeler aussi que les patients ne peuvent pas arrêter brutalement leur traitement qui est addictif (voir sur ce sujet un résumé à la rubrique médicaments).

Finalement, son équipe a décidé de ne plus traiter de patients sous médicaments (voir le livre once upon a pill qui détaille tout cela)

Elle en est venue finalement (2018 ?) à la conclusion que les patients parkinsoniens sont pour la plupart - pas tous car il y a des variantes - prisonniers d'une "pause auto-induite", semblable à celle qui se produit quand quelqu'un se trouve en danger mortel et qu'il inhibe tous les processus non vitaux, en utilisant la "norepinephrine" ou noradrénaline.

Cette pause auto induite est une décision prise par la personne, soit à la suite d'un danger vital physique, soit d'un choc émotionnel intense. Cela fait appel aux mêmes mécanismes que l'hypnose et, comme pour l'hypnose, cette "pause auto-induite" ne peut être mise "off" que par celui qui a donné l'ordre, à savoir le patient lui-même.

Généralement, quand quelqu'un (humain ou animal) est en pause à la suite d'un danger, il en sort selon une procédure, toujours la même, qu'elle détaille en cinq étapes aboutissant à revenir à un fonctionnement normal.
Le parkinsonien justement n'est pas sorti de cette pause, d'où le déficit en dopamine.

Tout cela est expliqué dans son dernier ouvrage "Stuck on pause", comme toujours disponible sur son site en chargement gratuit.

Elle donne des exercices pour sortir de cette pause en se basant sur sa propre expérience, et sur les travaux les plus récents concernant le cerveau, notamment de Andrew Newburg.

Je ne peux pas résumer ici les étapes en quelques mots, il faut aller sur son site et rentrer dans ses publications qui lui ont demandé vingt ans d'efforts et demandent un peu de recherches et de questionnement personnel.

http://pdrecovery.org/

Elle a un pavé intitulé Latest research, qu'il faut consulter.

Son principal ouvrage "Recovery from Parkinson" n'a pas été revu depuis 2014, elle doit le revoir mais elle est encore en train de mettre la dernière main à celui dont je parle ici, à savoir : "Stuck on pause".

sandra

Messages : 44
Date d'inscription : 16/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Re: La cause de Parkinson ? résumé des thèses de Janice Hadlock

Message par sandra le Sam 11 Aoû 2018 - 15:02

A propos de la thèse de Janice Hadlock sur la cause qui serait majoritairement le mode "pause auto induite', je fais la remarque suivante :

on sait que parkinson touche plus les hommes que les femmes (une fois et demie de plus d'hommes que de femmes),

or ce sont les garçons à qui on dit le plus de réfréner leurs émotions (donc le mode dopamine), troublant non ?

sandra

Messages : 44
Date d'inscription : 16/06/2018

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum